Action II-3 : Gérer les déchets et les eaux usées de manière écologiquement (...)

Acquis

-Collecter et transporter les eaux usées
*Dimensionnement optimisé du réseau : grâce à la modélisation, la taille des conduites renouvelées, ainsi que le type de réseau (unitaire ou séparatif), sont optimisés en fonction des besoins.
*Renouvellement des canalisations : le renouvellement des canalisations permet de maintenir le réseau en bon état, pour un meilleur un transfert des eaux usées vers la station d’épuration. 1 à 2% du réseau d’eaux usées clermontois est renouvelé chaque année.
* Un entretien régulier : le réseau d’assainissement nécessite un entretien régulier : inspections, nettoyages des bouches avaloirs, curages de collecteurs …
* Mise en conformité du réseau :le réseau d’assainissement de l’agglomération s’étant avéré non conforme par rapport à la Directive Eaux Résiduaires Urbaines (DERU) de 1991, les nombreux travaux nécessaires ont été engagés par les communes (suppression de rejets directs d’eaux usées au milieu naturel, suppression des déversements par temps sec…), ce qui a permis à l’agglomération d’être déclarée conforme vis-à-vis de la DERU 1991 depuis 2011. La non-conforme vis-à-vis de l’arrêté de 2007 est en revanche maintenue dans le rapport de la police de l’Eau pour l’année 2013, notamment pour le motif d"instrumentation des déversoirs d’orage incomplète, malgré les avancées engagées par la collectivité en ce sens (voir "Un Schéma directeur d’assainissement de l’agglomération" ci-après).

-Dépolluer les eaux usées
* Une station d’épuration performante
La station des Trois Rivières, mise en service en 2004, en remplacement de l’ancienne station d’épuration, garantit une bonne épuration des eaux usées issues d’une grande partie de l’agglomération. Elle traite près de 21 millions de m3 d’eau par an, tous les bilans sont conformes à la réglementation.
A noter que les boues sont désormais en totalité valorisées en agriculture.
De plus, un programme de surveillance des micropolluants dans les eaux traitées est mis en place conformément à la réglementation.
*Optimiser le fonctionnement de la station d’épuration communautaire : une importante étude a été menée en 2014 avec pour thèmes l’obsolescence des installations, l’amélioration des process et traitements, et un audit énergétique incluant un bilan carbone. Cette étude comportait 3 phases : diagnostic, propositions d’améliorations techniques, plan pluriannuel d’investissement. En terme énergétique, l’objectif est d’atteindre l’autonomie de la station d’épuration.
(Cabinet Merlin - Coût étude 119 200 €)

-Contrôler l’assainissement non collectif
Concernant les usagers clermontois non raccordés au réseau public et conformément à la réglementation, le service effectue en régie un contrôle des installations d’assainissement non collectif (ANC). Environ 250 installations existent sur Clermont-Ferrand.

-Suivi de la qualité du milieu récepteur
Dans le cadre du contrat d’entretien et de restauration des cours d’eau communautaires, une surveillance trimestrielle de la qualité amont et aval de tous les cours d’eau de l’agglomération est menée depuis 2006 (24 points). D’autres contrôles sont menés dans le cadre du suivi du schéma directeur d’assainissement : bilans complets 24h, suivi des stations d’alerte, et depuis 2013, point de suivi phytosanitaire.

-Un Schéma directeur d’assainissement de l’agglomération
Il doit permettre d’atteindre les objectifs de la Directive Cadre sur l’Eau (2000) en particulier le « bon état des eaux et milieux aquatiques » d’ici 2015 et 2021. Les études et démarches ont été engagées dès 2008. En 2011, le conseil de la Communauté a approuvé ce schéma directeur et la 1ère tranche du programme de travaux correspondants pour la période 2011 / 2015, d’un montant de 50 millions d’euros (l’ensemble des travaux nécessaires s’étalera jusqu’en 2021 pour une enveloppe de 100 millions d’euros).
Ce programme de travaux fait l’objet d’un contrat d’agglomération avec l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne, prévoyant l’aide financière de celle-ci.
De nombreux travaux engagés ou en projet entrent dans le cadre de ce schéma directeur d’assainissement :
*Améliorer l’auto surveillance du réseau
instrumentation des déversoirs d’orage (90% des ouvrages instrumentés fin 2014, les 10% restant sont en attente de travaux sur les réseaux),
*mise en place d’un nouveau logiciel de supervision des réseaux d’assainissement,
*2 stations de mesure et d’alerte mises en place sur l’Artière et le Bédat
*bassins de rétention et du transfert des eaux usées à la station d’épuration : ces bassins permettent de retenir temporairement les eaux usées par temps de pluie et de les restituer progressivement à la station d’épuration. Ils permettent ainsi d’optimiser le transfert de la pollution à la station d’épuration. 6 bassins seront construits d’ici 2021 pour un volume total de 80 000 m3 environ.
*Travaux sur différents collecteurs intercommunaux


Objectifs

Améliorer la qualité des cours d’eau traversant l’agglomération


Direction ou partenaire référent
DEA

Directions ou partenaires associés

Indicateur de résultat du volet Responsable Dernière valeur Date

Charge brute de pollution organique produite - C.B.P.O en équivalents-habitants
(définition : pollution produite par le système d’assainissement au sens de la Directive sur le traitement des eaux résiduaires urbaines (ERU)

259 608 2014
Les projets Échéance Coûts Indicateur de suivi

- Schéma directeur d’assainissement de l’agglomération
Les différents travaux ou études nécessaires à la mise en oeuvre du Schéma directeur (cf "les acquis" se poursuivent : logiciel de supervision, travaux sur les collecteurs, études pour le bassin de stockage restitution des Vergnes...

2015-2021 50 à 100 millions d'€ 1

Optimiser le fonctionnement de la station d’épuration communautaire : suite à l’étude menée en 2014, mise en œuvre des améliorations techniques (selon plan pluriannuel pluriannuel d’investissement).

1